@LGP- La filière bétail-viande est secouée depuis plusieurs jours par des remous avec notamment la grève des bouchers à l’abattoir de Port-Bouet. Ces derniers protestent face à une hausse des frais d’abattage des bêtes.
Quant aux autorités ivoiriennes, elles assurent, nonobstant les témoignages des acteurs de la filière que rien n’a été augmenté.

Face à cette situation, la Fédération nationale des coopératives de la filière bétail viande en Côte d’Ivoire (FENACOFBVI-CI) est montée au créneau.
Lors d’un point presse animé au siège de l’organisation à Cocody le dimanche 26 mai 2019, Ibrahima Cissé, président de la faitière a appelé les différentes parties à la négociation non sans rappeler les conséquences qu’un bras de fer pourraient avoir sur les populations.

Lire aussi: 3è jour de grève à l’abattoir: Ce que perdent les populations

“La Fédération invite appelle toutes les parties à une discussion ouverte afin de mettre fin à cet arrêt des activités, elle exhorte toutes les parties au calme et à la sérénité”, a déclaré Ibrahima Cissé.
Pour donner “une chance aux négociations”, Ibrahima Cissé a invité les autorités à “surseoir à l’application des nouveaux tarifs”.

Le président de la FENACOFBVI-CI qui était entouré de nombreux acteurs du secteur a réitéré la disponibilité de la filière pour accompagner toutes les initiatives visant à promouvoir le dialogue entre acteurs de la filière et autorités.

Abraham KOUASSI