@LGP- Le procès des 6 agents de la Société ivoirienne des pompes funèbres (SIPOFU), froidement abattus le 27 mai 2017 à Arrah, s’est ouvert ce vendredi 12 juillet 2019, à l’Etat-major des armées à Abidjan. A la barre, le Commandant de brigade (CB) et ses élements se sont accusés mutuellement.

La première audience du procès a vu «défiler» devant la Cour, les accusés, à savoir le Cb, Michel Amicha Aka, les MDL, Siaka Traoré et Ettien Djê, tous, en service à la brigade d’Arrah, au moment des faits qui leur sont reprochés. Le principal accusé, le CB, est le premier à être entendu à la barre. Avant toute forme de procès, il va présenter ses condoléances aux familles éplorées. «En lieu et place de malfaiteurs, ce sont des innocents que nous avons abattus», a-t-il reconnu d’emblée.

A(re)lire 2 ans après le drame d’Arrah: Comment les agents des pompes funèbres ont été exécutés

Puis répondant aux questions du président du tribunal, il dira que c’est le Mdl Ettien qui a ouvert le feu sur les agents des pompes funèbres, sans que ordre lui soit donné. «Je lui ai donc dit arrête!», et il m’a répondu: «Ce sont eux».

Selon le premier responsable de la brigade d’Arrah, c’est après le forfait de son collaborateur, qu’il a palpé les agents, pour se rendre compte qu’ils étaient morts. Cependant, Michel Aka aura une réaction surprenante. Le CB révèle qu’il s’est servi d’une kalachnikov pour mitrailler les corps qui étaient déjà sans vie. Stupéfaction dans la salle! Et d’expliquer que son intention était de dissuader, une quelconque riposte venant de l’extérieur, puisqu’il croyait toujours selon lui avoir affaire à des braqueurs.

A la suite du CB, le Mdl Ettien Djê, est appelé à la barre. Comme s’il avait été prévenu que son prédécesseur venait de jeter l’anathème sur sa personne, Ettien va littéralement dézinguer son commandant de brigade. «C’est bel et bien le CB qui a abattu de ses propres mains, les agents des pompes funèbres », raconte-t-il à la barre. Et d’ajouter: «Le CB s’est servi de la kalachnikov, et les a exécutés un à un, alors qu’ils étaient tous couchés à plat-ventre», a-t-il expliqué. Par ailleurs, il fera une révélation de taille à la Cour. A en croire le MDL, Ettien Djê, selon ses informations, les braqueurs seraient des individus bien connus du CB de la brigade d’Arrah.

Ces gendarmes sont poursuivis pour meurtres, tentatives de meurtres, violations de consignes, fabrications de fausses preuves, et de détention illégale d’armes à feu. La prochaine audience est prévue pour le vendredi 19 juillet 2019.

Faut-il le rappeler, le samedi 27 mai 2017, 5 agents des pompes funèbres SIPOFU, et un chauffeur particulier, ont été froidement abattus par des gendarmes de la brigade d’ Arrah, alors qu’ils revenaient d’une mission dans le cadre d’une cérémonie funéraire.

Yannick KOBO