@LGP- Le PDCI et le FPI organisent le samedi 14 septembre 2019 le premier meeting commun de grande envergure depuis leur rapprochement.

Cette rencontre marque également un tournant dans la vie politique ivoirienne de ces dernières années.
Après les péripéties liées au lieu qui devait l’abriter, le meeting conjoint PDCI-FPI aura lieu le samedi 14 septembre 2019 au Parc des Sports de Treichville.

Cette manifestation qui est la première initiative d’envergure organisée par ceux qu’on pourraient qualifier de  désormais “presqu’alliés”  va concrétiser ce qui apparait comme l’ultime alliance entre les dinosaures de la politique ivoirienne.

De fait, si la plate-forme voulue par Henri Konan Bédié avec Laurent Gbagbo et d’autres opposants voit le jour, la Côte d’Ivoire connaitra sa troisième et sans doute dernière alliance politique entre ceux qu’on appelle les “trois grands” à savoir, Alassane Ouattara, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo.

Pour rappel, la première alliance entre deux de ces personalités remonte au début des années 90. En pleine guerre Bédié-Ouattara, Laurent Gbagbo et l’actuel président ivoirien unissaient leurs forces au sein du Front Républicain. Coalition composée alors du Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo.

Cette alliance appelle notamment au boycott de la présidentielle de 1995 qui a vu la victoire d’Henri Konan Bédié.
Les Ivoiriens ont ensuite connu le Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

De 2005 à 2017 quasiment, Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara ont “co-géré” la Côte d’Ivoire. En désaccord sur la présidentielle 2020 les deux hommes se sont séparés.
Cette nouvelle alliance est donc celle qui devra boucler la boucle entre les trois leaders.

Tous âgés de plus de 70 ans, Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié vont très certainement devoir passer la main après l’élection de 2020.

Ainsi, cette dernière alliance pourrait consacrer l’émergence d’une nouvelle classe politique avec notamment Guillaume Soro, Jean-Louis Billon ou encore à un degré moindre Pascal Affi N’Guessan.

Abraham KOUASSI