@LGP- Depuis qu’il a entrepris sa tournée dans le nord de la Côte d’Ivoire, l’ex- président de l’Assemblée Nationale, Guillaume Kigbafori Soro donne du fil à retordre à certains responsables du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP).

Récemment à Satama Sokoura, une localité située dans le département de Dabakala, les populations sont sorties en grand nombre pour accueillir le député de Ferkessedougou. Un acte que Guillaume Soro a félicité en dépit des informations de boycott lancé dans la région.

Cette tournée qui capte sans doute l’attention de la communauté internationale ne laisse pas les leaders du RHDP sans effet.

En visite une semaine après le passage de Soro Guillaume à  Satama Sokoura  dans le Hambol, le Ministre de l’intégration Aly Coulibaly a laissé un message à l’endroit des populations.

«Si vous avez des préoccupations, c’est à nous que vous devrez les exposer… Ce qu’Alassane Ouattara et Amadou Gon Coulibaly, n’ont pas encore fait, personne d’autre ne pourra le faire pour vous», a t-il précisé avant de faire savoir que personne n’avait chassé l’ex-PAN.

Le dimanche 28 avril 2019, au lycée moderne d’Abobo, c’est le premier ministre, Amadou Gon Coulibaly qui charge à nouveau l’ex-président de l’hémicycle.

«Certains hommes politiques parcourent le pays … Il faut leur dire qu’ils n’ont ni la capacité ni la compétence de faire injonction au gouvernement pour faire quoi que ce soit», affirmait le Premier ministre en faisant allusion aux différents discours tenus de Guillaume Soro.

En réalité, le député de Ferkéssédougou est assurément celui qui donne le tempo dans le jeu politique ivoirien ces dernières semaines. Quand on voit le trésor d’énergie déployé par les cadres du parti dit unifié, on ne peut valablement en douter.

Des indiscrétions annoncent très prochainement des actions de grandes envergures sur le terrain pour dit-on pour «déconstruire» la mécanique politique de Guillaume Soro.

Cette spirale portée vers le président du comité politique démontre que Guillaume Soro perturbe le sommeil des dirigeants qui pourtant s’étaient réjouis de son départ de l’Assemblée Nationale.

César KOUAME