LGP- Sans surprise, le Conseil d’administration de la société coopérative de négoce des produits agricoles (Scinpa) a été reconduit pour un mandat de 3 ans. C’était à l’occasion d’une assemblée générale ordinaire élective qui s’est tenue, ce mercredi 21 août 2019  à la salle des fêtes d’Agboville. Ce, en présence du préfet de région, et des responsables départementaux et régionaux de l’agriculture et du café-cacao.

Les producteurs de cette coopérative ont, par acclamation, reconduit l’équipe dirigée par Moussa Sawadogo au Conseil d’administration. Ils ont également reconduit M. Sanglo Bénoit à la tête du Conseil de surveillance et M. Idi Réné expert-comptable en qualité de commissaire aux comptes.

Mais avant l’étape consacrée à l’élection, le Conseil d’administration qui sollicitait à nouveau le suffrage des planteurs a dû montrer patte blanche en présentant son rapport moral et financier. Au titre du rapport moral, le vice-président de la Scinpa a dressé un tableau social généreux. Puisque la Scinpa a construit plusieurs écoles, des logements de maîtres et réhabilité plusieurs centres de santé. Ayant à cœur la question de l’éducation des enfants, la Scinpa a mis un accent particulier sur la lutte contre le travail des enfants.

A en croire le responsable en charge de ce volet, M. Béda Séka, c’est depuis 2010 que la coopérative a commencé ce combat. «De 2010 à ce jour, nous avons sensibilisé, éveillé les consciences des planteurs. Aujourd’hui nous avons installé des comités locaux qui font la veille et nous remonte les difficultés liées à l’éducation des enfants», dira-t-il. Grâce à ce travail de proximité, selon M. Séka, la Scinpa dispose de données sur la situation des enfants de ses planteurs. Des données qui mettent en exergue l’absence d’écoles dans certaines localités, des enfants qui ne disposent pas d’acte de naissance etc. «C’est pour contribution à résorber ces questions que nous construisons dans la mesure de nos moyens des écoles. Nous avons également doté des sous-préfectures d’ordinateurs portables pour aider à informatiser les actes de naissance. La place des enfants c’est à l’école. C’est d’ailleurs pour poursuivre ce travail que nous sommes candidat », a expliqué Moussa Sawadogo.

Au titre du bilan financier, le directeur général de la Scinpa, M. Malick N’Diaye a indiqué que la scinpa a collecté en 2018, 5133 tonnes de cacao et en a commercialisé 5106 tonnes. Ce qui représente un chiffre d’affaire qu’il a évalué autour de 4, 4 milliards FCFA. «En comparaison à l’exercice de 2017, la coopérative a enregistré une légère baisse d’environ 7,98%. Mais cela s’explique par plusieurs facteurs», a-t-il expliqué. Mais en dépit de ce léger infléchissement, selon M. Malick N’Diaye, la coopérative a pu distribuer 123 millions FCFA de prime aux producteurs et a réalisé un résultat de 5 millions FCFA. Le rapport financier, faut-il le préciser, a été certifié par l’expert-comptable, M. Idi René qui l’a jugé «régulier et sincère conformément aux normes de l’OHADA».

Créée en mars 2003, la Scinpa fait partie des meilleures structures coopératives que compte la Côte d’Ivoire. Une coopérative dont le mérite a été récompensé en juin dernier par le Prix de l’Émergence et du développement décerné par le Réseau des professionnels de la communication pour l’intégration africaine (Repciaf).

Charlène ADJOVI