@LGP-Cinq mois après son acquittement, et en attente d’un éventuel appel de la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), l’ancien leader des jeunes patriotes, Charles Blé Goudé se prête aux jeux des journalistes. Après avoir accordé une interview à France 24, il vient de remettre le couvert avec Jeune Afrique, dans sa dernière parution.

C’est sans rancune et sans haine, que je suis sorti des liens de la détention, « J’ai tout fait pour qu’on ne puisse pas se servir de la prison pour m’abattre moralement », a confié Charles Blé Goudé à Jeune Afrique. Et de révéler que derrière les barreaux, il joueur les maitres coiffeurs et cuisinier au service de prisonniers « célèbres » tels que Laurent Gbagbo, Jean-Pierre Bemba et Dominic Ongwen.

Répondant à une question relative à ses relations avec l’ancien président Laurent Gbagbo, le président du Congrès des jeunes patriotes (COJEP) est catégorique « C’est mon papa. Ces années de prison nous ont encore rapprochés. En 2000, il faisait face à Robert Guei, je l’avais rejoint. En 2002, nous étions confrontés à une rébellion armée, j’étais à ses côtés. Et finalement à la CPI, dans ce trou sans fond, j’étais là. C’est cela, ma loyauté», a-t-il affirmé.
A tous ceux qui pense qu’il se considèrerait comme l’héritier politique de Gbagbo ou que le fondateur du FPI souhaiterait qu’il soit son dauphin, le ministre Charles Blé Goudé répond ceci, « Ceux qui pensent que Laurent Gbagbo va désigner un dauphin ne le connaissent pas », a-t-il déclaré. Et d’ajouter « Laurent Gbagbo aime ceux qui dessinent leur chemin, qui sont dans l’action, pas ceux qui prennent des routes déjà tracées ».

Yannick KOBO