@LGP- Paolina Massida, Représentante légale des victimes (RLV) dans le procès Gbagbo à la Cour pénale internationale (CPI) est favorable à une reprise du procès de l’ancien chef d’Etat ivoirien à La Haye.

Elle l’a fait savoir dans une note transmise aux juges de la Chambre de première instance. « Les éléments de preuve produits jusqu’à présent révèlent également la manière dont MM. Gbagbo et Blé Goudé ont coopéré et exercé leur influence respective sur d’autres personnes et tendent à démontrer leur intention de commettre des crimes relevant de la compétence de la Cour ou, à tout le moins, le fait qu’ils savaient que ces crimes seraient commis grâce à leur aide, leur concours ou toute autre forme d’assistance à leur commission », a expliqué Paolina Massida.

Selon la RLV, « les éléments de preuve disponibles révèlent pour le moins la commission des crimes reprochés et tendent à démontrer l’existence d’un plan commun visant à commettre les crimes prévus à l’article 7 du Statut. Les éléments de preuve suffisent également à démontrer, à première vue, l’existence d’un cercle restreint de personnes ».

Dans son document de 104 pages rédigé en français, Paolina Massida revient sur les incidents reprochés à l’ancien président ivoirien et son ministre de la Jeunesse avec plusieurs détails qui selon elle, peut justifier une poursuite du procès.

« Pour l’ensemble de ces raisons, la Représentante légale demande respectueusement à la Chambre de première instance de rejeter les Requêtes de la Défense et de continuer le procès », conclu la RLV dans sa note.

Abraham KOUASSI