PARTAGER

Le grand prix des associations littéraires (GPAL) 2017, dans la catégorie «Belles-Lettres» a été remporté par l’écrivain poète ivoirien, Macaire Etty, avec son œuvre intitulé ‘’Geste de Gbéké’’. La cérémonie de distinction «littéraire», qui était à sa cinquième édition, s’est déroulée le jeudi 29 mars 2018, à l’institut français de Yaoudé, capitale du Cameroun.
Et pourtant, l’on se demandait si c’était vraiment une bonne idée de mettre en compétition dans la même catégorie, les Belles-lettres notamment, le roman et la poésie, puisque dans les quatre premières éditions, le roman s’est montré prépondérant, en occupant toujours la première place.
C’est justement à cette question, que vient de répondre l’écrivain Macaire Etty, par ailleurs président de l’association des écrivains de Côte d’Ivoire (AECI), qui, sans aucune autre formule a mis fin au cycle du signe indien, en remportant ce prestigieux prix littéraire, parmi des sommités du roman tels que Yan Lianke, le virtuose chinois, dépositaire de l’écriture “mythoréaliste”, la “bestselleuse” française aux millions de livres vendus Anna Gavalda, la doyenne mexicaine Guadalupe Martinez Galindo, le très prometteur génie togolais Kadjangabalo Sekou, et enfin le très surprenant nouvelliste mexicain Vicente Delgado Carreto.
Ainsi, Macaire Etty succède à Eric Mendi, le lauréat de la dernière édition dans la catégorie Belles-lettres.
Dans la catégorie Recherche, la langue espagnole s’arrache la première place du “pódium”, avec “Hispanoamérica: visión contemporánea”, un livre coécrit par deux enseignants camerounais, les professeurs Ebénézer Billé et Georges Moukouti, qui se penche sur l’évolution culturelle, sociale et politique de l’Amérique hispanique. Ils succèdent à l’auteur Sénégalais Felwine Sarr, récompensé l’année dernière dans la catégorie Recherche pour son livre intitulé “Afrotopia”.
Notons que les grands prix des associations littéraires (GPAL), sont des prix littéraires décernés au Cameroun depuis 2013.
Les catégories «Recherche» et «Belles-Lettres» sont ouvertes aux ouvrages publiés dans la période des dix-huit mois précédant le lancement officiel de chaque édition. Le concours est international depuis sa création, si l’on s’en tient à la liste des finalistes de la première édition, qui mettait déjà en compétition deux auteurs français et quatre camerounais.
Cette internationalité a été confortée davantage dans les éditions suivantes.
Des auteurs contemporains sont primés dans deux catégories : la catégorie Recherche, réservée aux essais, et la catégorie Belles-lettres consacrée pour sa part à la littérature artistique (roman, nouvelle, poésie, théâtre).

Yannick Kobo

PARTAGER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 + quatorze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.