@LGP- Les riverains du sous –quartier «Bénie et Paix» situé entre Andokoi et le parc national du banco dans la commune de Yopougon ont le sommeil troublé depuis, hier lundi 8 avril 2019. En effet, ce lundi, des bulldozers de l’Office national de l’assainissement et du drainage (ONAD), structure sous tutelle du ministère de l’assainissement et de la salubrité ont débarqué dans leur cité avec un ordre de déguerpissement.

En dépit des supplications, plusieurs maisons  ont été détruites avant le retrait des machines. Le comité des sages réuni, ce mardi 9 avril 2019, sous la houlette de M. Yao Bi et de Bamba Kasim pour analyser la situation, et arrêter certaines décisions, s’est confié à lageneraledepresse.net. «Ils nous ont présenté un avis de déguerpissement signé d’un huissier de justice, en date du vendredi 5 avril 2019, qui nous somme de quitter ce lieu qui est un ouvrage de drainage des eaux pluviales, et cela sans délai», explique Yao Bi. A en croire le comité des sages, les autorités de l’ONAD ont décidé de détruire dans un premier temps les maisons non habitées. Ce que le comité considéré comme un avertissement. «Nous savons que le retour des bulldozers est imminent», précise t- on. Le comité des sages craint même que ce soit ce jeudi 11 avril 2019.

Et en attendant l’évidence, l’ambiance dans ce quartier reculé de la commune de Yopougon est à la panique et la crainte du lendemain. Les riverains concernés par le retour des machines de Anne Ouloto sont visiblement désemparés. Leur désarroi est tel qu’aucun site de recasement ni de mesure d’accompagnement n’est prévu. «On ne nous a rien donné pour prendre une  maison, on ne sait pas où aller avec nos enfants», déplore l’un des membres du comité, qui estime à plusieurs centaines, la population de la cité «bénie et paix». Le comité plaide donc pour un site d’accueil de ces familles qui seront réduit à l’assistanat après la démolition de leurs maisons.

S’il est vrai que l’objectif de l’ONAD est de protéger les populations, et d’éviter des pertes en vie humaine en cette saison des pluies qui s’annonce violente, selon les prévisions météorologiques, il n’en demeure pas moins vrai, que le ministère de l’assainissement et de la salubrité s’y prend un peu tardivement. En plus, selon l’ONAD, ces populations ont préalablement reçu des mises en demeure par le biais d’un huissier de justice. Si tel est qu’il s’agit de la même mise en demeure en possession de ces populations dont  copie a été remise à lageneraledepresse.net, force est donc de reconnaitre que l’action du gouvernement qui consiste à mettre le social au centre de ses activités pour l’année 2019, est un leurre. Car autant les sites à risques méritent d’être déguerpis autant les concernés méritent au nom du social prôné par le gouvernement un accompagnement.

Yannick KOBO