PARTAGER

Les ivoiriens ont des difficultés pour se faire établir une « simple » carte nationale d’identité (CNI). Et cela est devenu un secret de polichinelle pour tout citoyen ivoirien, ayant besoin de ce «sésame» pour des actes administratifs, ou pour des opérations bancaires. Les attentes pour recevoir la CNI, après dépôts des documents y afférents, avoisinent parfois les 12 mois, pour ne pas dire au-delà.
Ainsi, c’est à juste titre que Guillaume Soro Kigbafori, président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, a convoqué les députés à une séance de question orale avec débats le jeudi 17 mai prochain, au palais de l’Assemblée nationale. Cette séance parlementaire a pour thème : «La nouvelle problématique de la carte nationale d’identité ivoirienne et la sécurisation de l’état civil en Côte d’Ivoire».

Vivement, qu’une solution diligente soit trouvée à la préoccupation de ces milliers d’Ivoiriens qui attendent toujours que l’ONI (l’office national d’identité) leur délivre la CNI, et du citoyen ivoirien qui, d’un moment à l’autre, peut se sentir dans l’obligation de posséder ce titre d’identité.

Yannick Kobo

 

PARTAGER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf − sept =