PARTAGER

Président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié s’est prononcé sur Radio France Internationale (RFI) au sujet de l’alliance entre son parti et le RDR dans la perspective des élections de 2020.

Vous avez signé et cosigné au nom du PDCI-RDA, deux communiqués les 5 et 10 avril dernier, concernant un acte politique posé pour la création du RHDP, est-ce que cela signifie que pour les prochaines élections de 2020 ou même peut être avant pour les prochaines municipales, il n’y aura plus de PDCI-RDA en Côte d’Ivoire?

Pas du tout ! Il y aura toujours, aujourd’hui, demain et après demain un PDCI-RDA. Car le document que nous avons signé, ne fait nullement allusion à la disparition du PDCI-RDA. PDCI-RDA auquel, je souhaite une longue, et longue vie.

Vous avez dit aujourd’hui qu’il y allait avoir des négociations entre les six parties membres du RHDP pour qu’un candidat PDCI-RDA soit désigné pour les élections de 2020. Est-ce que ça veut dire que si vous n’obtenez pas cet accord des cinq autres partis, le PDCI-RDA se retirerait du RHDP dans les perspectives de 2020 ?

Non je n’ai pas dit cela. J’ai dit que nous sommes en discussion, du moins le PDCI-RDA est en discussion avec ses alliés parce qu’il présentera un candidat en 2020. Et compte tenu que ce parti par deux fois a soutenu le candidat du RDR pour en faire le candidat unique du RHDP nous souhaitons un soutien de leur part en 2020. J’ai dis que cela était en discussion entre nos alliés et nous. Les deux poids lourds qui conduisent la politique du pays savent toujours s’entendre.

Et si les discussions n’aboutissent pas en faveur de ce que vous souhaitez, qu’est ce qui se passera?

Nous appliquerons la démocratie. Mais chacun se présentera et nous allons aux élections.

Ces discussions qu’il y’a en ce moment à propos du RHDP posent beaucoup de problèmes, de troubles au sein même de votre parti. On entend des cadres du PDCI-RDA, votre secrétaire exécutif, votre porte parole adjoint dire certaines choses et un autre porte-parole dire des choses un peu antagonistes. Comment expliquez-vous ces dissonances au sein même de votre parti par rapport au RHDP ?

Ce sont des opinions qu’on exprime de part et d’autre. Mais en ce qui concerne le président du PDCI-RDA, il a fixé un cap. C’est de travailler sur le terrain pour que le candidat du PDCI obtienne la majorité en 2020.

Est-ce que ça veut dire  qu’il faut faire silence dans les rangs, que l’on doit suivre naturellement ce que dit le président dit ?

Mais naturellement ! Dans un parti il faut suivre la discipline et respecter ce que dit le président du parti.

Monsieur le président, selon vous quel est le profil d’un bon candidat PDCI-RDA pour les perspectives des élections de 2020 ? Quels est le profil que vous fixeriez par rapport à un candidat PDCI-RDA pour 2020 ?

Le profil c’est qu’il soit le meilleur de tous les candidats.

C’est-à dire ? Quels seront ses qualités principales ? Est-ce qu’il faut qu’il soit ministre ou chef du gouvernement ?

C’est clair ce que j’ai dis. Il faut qu’il soit le meilleur de tous les candidats.

RFI : Au titre de l’alternance vous pourriez constitutionnellement parlant être vous-même parfaitement candidat. Vous pourrez imaginez un ticket Konan Bédié président candidat et Alassane Ouattara vice-président candidat est ce que c’est envisageable une solution comme celle là ? Parce que rien ne s’y oppose constitutionnellement.

Non cette hypothèse n’est pas encore envisager par Alassane et moi-même.

Mais c’est possible. C’est serait une possibilité ?

Une possibilité… Je n’ai pas dit cela.

Ça permettrait peut-être de calmer tout le monde dans les rangs du PDCI et du RDR.

Mais tout le monde sera calme. Tout le monde sera calme.

Monsieur le président au titre de cette alternance depuis il y’a quatre ans, l’opposition est inexistante dans le pays, l’opposition du FPI. Et littéralement parlant ils ne se présentent pas ou peu. Où ils ont de mauvais résultats quand ils se présentent aux législatives. Est-ce que de ce fait là, vous êtes obligez, vous en tant que représentant du PDCI de vous associez forcement avec le RDR. Est-ce que vous ne pourriez pas finalement, compte tenu de la faiblesse de l’opposition qu’il y’a en face, allez seul aux élections de 2020 ?

Notre alliance avec le RDR date de 2005. Ce n’est pas d’aujourd’hui. Donc nous n’envisageons pas cette alliance au fait que l’opposition existe ou n’existe pas. Il faut s’en tenir au texte que nous venons de signer l’accord politique et ce qu’il contient. Et rien d’autre.

Propos retranscrits par George KOUAME

 

PARTAGER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × deux =