@LGP- Attendu tant par les militants du PDCI que ceux du RHDP sur sa position vis-à-vis des deux formations politiques, Ahoussou Jeannot Kouadio, président du Sénat a joué la carte de la réconciliation.

Lors de la cérémonie solennelle d’ouverture de la session ordinaire 2019 du Sénat à Yamoussoukro ce jeudi 11 avril 2019, l’ancien premier ministre ivoirien a appelé à l’union entre Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié.

«Ce qui nous unit est plus fort que ce qui nous divise», a plaidé l’avocat de profession. «Quelle Côte d’Ivoire voulons-nous pour les générations futures? Ma conscience commande de travailler au rassemblement des enfants d’Houphouët-Boigny», a poursuivi Ahoussou Jeannot.

Pour l’ancien ministre de la Justice, les résultats obtenus grâce à la gouvernance «commune» des deux leaders a permis à la Côte d’Ivoire d’atteindre une «croissance indéniable».

«Allons-nous assister inactifs à la destruction de cette belle œuvre ? Allons-nous par le silence assisté comme tétanisés à l’effritement de la confiance nos partenaires internationaux?», a-t-il interrogé.

Pour sa part, Alassane Ouattara a prononcé un discours très sobre lors de cette session. Contrairement à l’Assemblée nationale où le chef de l’Etat avait fait des annonces importantes, le numéro 1 ivoirien s’est borné à parler du rôle des sénateurs.

«Je vous exhorte à enrichir le débat parlementaire en y apportant le point de vue des collectivités territoriales», a déclaré le président de la République. Alassane Ouattara s’est également félicité de la tenue de cette cérémonie à Yamoussoukro.

Pour le chef de l’Etat, cela apparait comme la traduction de la volonté du gouvernement de transférer la capitale à Yamoussoukro. Notons que le vice-président de la République, des députés ainsi que des membres du corps diplomatique ont pris part à cette rencontre.

Abraham KOUASSI

Envoyé spécial