PARTAGER

De sources proches du Pdci, Maurice Kacou Guikahué, Jean-Louis Billon, Kobenan Kouassi Adjoumani, Ahoussou Jeannot et Thierry Tanoh, auraient été mis sur écoute. A quelles fins ?

Le vendredi 25 mai 2018, le président Henri Konan Bédié, a limogé, à la surprise générale, les porte-paroles du vieux parti, Adjoumani et Billon. Pour comprendre cette décision, il faut noter qu’elle fait suite à la dernière rencontre entre Ouattara et Bédié. Un rendez-vous impromptu qui pourrait avoir été motivé par une seule chose : la remise des enregistrements des conversations de Guikahué, Adjoumani, Billon, Ahoussou et autres sur le parti unifié à Bédié. Puisqu’il faut dire que, selon nos sources, les personnes susnommées ont été mises sur écoute. Dès lors, il est loisible, puisque le dégommage des porte-paroles est intervenu le lendemain de ladite rencontre, de lier les deux évènements. A savoir que le débarquement de Adjoumani et Billon a un rapport avec les enregistrements remis à Henri Konan Bédié par son cadet le jeudi 24 mai dernier. La décision du président du PDCI a retenti le vendredi 25 mai 2018 comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. A la vérité, personne ne s’attendait à une telle issue. Même s’il faut reconnaitre que les divergences entre les porte-paroles limogés sur les questions du parti unifié et de l’alternance commençaient à polluer l’air au PDCI. Mais, si on peut comprendre Bédié qui a renvoyé dos à dos ses deux collaborateurs, en revanche, on conçoit difficilement que le pouvoir ait fait mettre sur écoute des cadres du Pdci. Il y a des choses qu’entre alliés on ne se fait pas. De sorte qu’on est fondé à s’interroger après cette douteuse opération au goût de souffre : où va le régime ?

Tassigny Auriol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + quinze =