PARTAGER
Exif_JPEG_420

La Directrice du CHR de Yamoussoukro a fait, ce jeudi 14 juin, le bilan de la prise en charge des blessés de l’éffondrement de l’immeuble en construction. Ci-dessous ses propos liminaires.

«Des rumeurs circulent, il faudrait que vous ayez la vraie information. Hier, aux environs de 12H45, on m’a appelé pour me dire qu’un immeuble s’est effondré. Aussitôt, j’ai fait appel au Plan Orsec. J’ai fait le rappel du corps médical pour la prise en charge. Nous avons reçu les premiers blessés aux alentours de 13H30, 14H. Il y a eu 14 premiers blessés qui sont venus. Ils étaient au 4ème étage et ils sont descendus sur le dos. Ils avaient des problèmes de dos.

Le ministère de la Santé a totalement pris en charge les blessés. Ils n’ont pas de parents et ils ne viennent pas de Yamoussoukro. Certains sont venus de Bouaké, d’autres d’Abidjan. On ne pouvait pas leur demander de payer quelque chose. Nous avions déjà constitué des kits auparavant pour la prise en charge des urgences. Quand plus tard, les blessés graves sont arrivés, ça faisait au total 20 victimes. Le dernier blessé est arrivé à 02H10. il a été envoyé en réanimation parce qu’il était déjà dans un état de choc. Malheureusement à 02H20, il est décédé. C’est la seule victime qui est décédée dans nos services. Les 19 autres ont totalement été pris en charge par le Chr.

Par la suite, un Monsieur est venu nous voir pour dire qu’il est l’envoyé du propriétaire de l’immeuble effondré. On lui a expliqué que le ministère de la Santé a pris en charge les blessés. Je ne peux pas gâter son nom. Il a pris la relève. Il a payé les ordonnances des malades puisque ce ne sont pas tous les produits qu’on a ici. Il a continué la prise en charge même ce matin encore. Aucun malade n’a payé quoi que ce soit. Il a pris en charge les ordonnances de sortie des blessés libérés. Il dit que c’est la propriétaire de l’immeuble qui l’a envoyé. Nous avons libéré tous les malades sauf un. Les 18 reviennent dans cinq jours pour qu’on voie leur état de santé. Il y a un seul qui est touché et il doit rentrer au bloc opératoire. On n’a pas encore tout le matériel qu’il faut pour faire l’intervention. On doit mettre du fer pour consolider la fracture. On doit commander à Abidjan. Si le car arrive ce soir, il entre au bloc. On a diminué le dispositif parce que les sapeurs pompiers disent qu’il n’y a pas  d’espoir de retrouver des survivants car ils s’amenuisent. Mais, l’équipe est encore là, pour la prise en charge si éventuellement d’autres blessés arrivent. Depuis le  dernier blessé arrivé à 02H10 jusqu’à cette heure (15H, Ndlr), nous n’avons pas encore reçu d’autres blessés. Des  personnes de bonne volonté passent ici pour aider les malades. Le maire est déjà venu, et a remis 200.000 Fcfa. L’ex-premier ministre Charles Konan Banny, nous annoncé son envoyé qui est encore en route».

Armand Koffi

Correspondant régional

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × un =