PARTAGER

Le président Alassane Ouattara a dissous, le mercredi 04 juillet dernier, le gouvernement Amadou Gon Coulibaly. Cette dissolution qui intervient après le ‘’non, mais…’’ du PDCI au parti unifié pourrait élargir davantage la ligne de fracture entre les deux poids lourds de la coalition au pouvoir. Voici pourquoi.

On subodorait que le président Ouattara dissoudrait le gouvernement après que le Bureau du PDCI a snobé le parti unifié et mis en avant l’alternance en 2020. Mais, la seule inconnue était le quand. On voyait aussi  qu’entre le PDCI et le RDR , il y avait comme de l’eau dans le gaz depuis l’éclatement de la ‘’crise’’ liée à la question de l’alternance. Subitement,  les deux alliés se sont engagés dans une sorte de duel après la longue période de duo marquée par les différentes victoires de la coalition aux scrutins qui ont émaillé la vie politique nationale depuis 2010. Alors que l’on s’y attendait le moins, la question de l’alternance couplée à celle du parti unifié est venue crisper les relations entre les deux poids lourds du Rhdp. C’est dans cette atmosphère délétère placée sous le signe ‘’je t’aime, moi non plus » que le président Ouattara vient de dissoudre le gouvernement. Comme pour démontrer aux yeux de son allié PDCI et surtout de son aîné N’Zueba qu’il est seul maître à bord du navire ivoire même s’il a pendant longtemps laissé croire qu’il dirigeait sous les ‘’ordres » de son plus sûr allié et grand frère Bédié.

La question que l’on se pose dorénavant  tombe sous le sens : le Chef de l’Etat pourra-t-il ignorer le PDCI dans la formation de la future équipe gouvernementale ? Cependant, chacun a bien compris que le RDR  ne peut prendre le risque de tourner le dos au vieux parti dont le soutien lui a permis de remporter l’élection présidentielle en 2010, puis en 2015 . Dans le cas contraire, le président Ouattara se tirerait une balle dans le pied. Ce qui ne serait pas sans préjudice pour 2020, une année électorale majeure qui va décider, in fine, du sort de l’alliance des Houphouetistes.

René Ambroise Tiétié

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × cinq =