PARTAGER

Partisan du ‘’système D’’, Diabaté Djibril, qui revend, entre autres, des véhicules d’occasion, est un fervent admirateur du président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro. Il a accepté bien volontiers de s’ouvrir à lageneraledepresse.net pour parler de son idole et de ses attentes, mais aussi de l’entourage du PAN.

Lageneraledepresse.net : Monsieur Diabaté Djibril, que faites-vous dans la vie?

Diabaté Djibril: Je suis un jeune ivoirien et je suis  dans les affaires. Je revends des véhicules et fais d’autres petites bricoles de manière licite et en toute légalité.

On vous appelle le ‘’mannequin de Soro’’, pourquoi?

C’est le jeune frère du président de l’Assemblée nationale qui m’a donné ce sobriquet. Il estimait que je m’habille bien et il me voyait souvent à certaines manifestations ou cérémonies pro-Soro. Un jour, il m’aborde et me dit : ‘’ toi tu seras le mannequin de Soro et tu vas faire la promotion de mon grand frère. C’est parti comme ça.

Avez-vous déjà rencontré Guillaume Soro?

Officiellement, non. Mais, on s’est vu de manière fortuite à quatre reprises et chaque fois il demandait à son entourage de prendre mon contact pour préparer une rencontre formelle avec moi. Mais jamais, ça n’a eu de suite. Je suis toujours dans l’attente.

Qu’est-ce qui vous plait en Guillaume Soro et qui motive que vous le suiviez?

Je l’ai rencontré pour la première fois en décembre 2016 à Ferké, à la faveur des Législatives qui se tenaient cette année-là. Il m’est apparu serein et plein de conviction. Il m’a d’emblée séduit. Et depuis, je me suis engagé  à servir sa cause. Je n’ai d’ailleurs jamais fait de politique, mais pour lui je suis prêt à tous les sacrifices. Il m’inspire confiance.

Qu’attendez-vous de lui concrètement?

Soyons clair, qu’est ce qu’un fan peut attendre de son idole si ce n’est d’avoir l’occasion de le rencontrer et d’échanger avec lui. Le sentiment de satisfaction qu’on éprouve de savoir que votre idole sait au moins votre existance est plus de l’argent. Ça galvanise. Voyez-vous, un jour un ami m’a dit ceci : ‘’tu te bats pour quelqu’un qui ne te connait même pas. Tu perds ton temps et ton énergie pour rien’’. Ça m’a fait mal, mais c’est la vérité.

Qu’avez-vous déjà fait pour Guillaume Soro qui mérite qu’il vous connaisse personnellement?

Ce serait prétentieux de ma part d’aller sur ce terrain. Mais comme tous ceux qui l’aiment, chacun essaie à son niveau de contruire quelque chose pour lui. Le jour de son anniversaire, le 08 mai dernier, j’étais à sa résidence et je lui ai offert un tableau. Vous ne me croirez pas, mais  ce tableau est resté 8 mois dans mon salon tout simplement parce que je n’ai trouvé personne pour le remettre au PAN.

Comment expliquez-vous cela?

J’en ai parlé à nombre de personnes de son entourage  le plus proche, mais personne n’a voulu lui transmettre le tableau pour moi. Si pour lui offrir un tableau son entourage fait bloccage vous vous imaginez si j’attendais quelque chose de lui. Un jour,  ma femme a  même menacé de jeter le tableau qui a duré 8 mois chez moi. Il y a aussi les  képis et les tee-shirts floqués   Guillaume Soro que j’écoule presque à mes frais puisque je revends ces articles à moindre coût. C’est pour moi une manière de faire la promotion  du PAN.

Que lui diriez-vous si l’occasion vous était donnée de le rencontrer ?

Sachez que ce jour serait le plus beau jour de ma vie. Je lui dirais d’abord que j’apprécie beaucoup son engagement pour la cause de la réconciliation et de la paix en Côte d’Ivoire. Ensuite, je lui dirais de ne pas baisser les bras, parce que la voie qu’il a choisie n’est pas la plus facile. Pour preuve, dans son propre camp, ses actions et ses déclarations ne sont pas toujours bien vues. Mais, la grande majorité des Ivoiriens approuve son engagement patriotique et je crois que c’est le plus important. Je lui souhaite beaucoup de courage.

Réalisé par Tassigny Auriol

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + 9 =