PARTAGER

On l’appelle désormais la «Petite Maison Blanche». Elle a été baptisée ainsi au lendemain de la capitulation de l’Allemagne le 07 mai 1945. Construit dans les années 1850 à Postdam, au sud Ouest de Berlin, le bâtiment qui a servi de résidence au président américain, Harry Truman, durant la conférence de Postdam, se dresse aujourd’hui encore dans toute sa splendeur. C’est là qu’après la reddition de l’Allemagne les présidents Joseph Staline de l’Union Soviétique, Truman des Etats-Unis et le Premier ministre Winston Churchill de l’Angleterre se sont retrouvés pour s’accorder sur une stratégie commune pour garantir la victoire dans le pacifique. Vu que le Japon était encore très actif militairement, et difficile à contenir avec ses avions suicides. Cette réunion des Alliés qui s’est tenue au palais Ceclienhofa, l’ancienne résidence d’été du prince héritier, Wilhelm de Prusse, a donné lieu à la conférence de Postdam.

 – La décision du largage de la bombe atomique…

A Postdam, notre curiosité s’est portée le jeudi 26 avril 2018, sur cette résidence où le 33ème président des Etats-Unis a séjourné durant deux semaines. L’histoire retiendra que c’est au terme de cette conférence qui a duré du 06 juillet au 02 août 1945, que Truman a ordonné le largage de la bombe nucléaire. En effet, quatre jours après la conférence de Postdam, Hiroshima est bombardé le 06 août 1945. Suivi du bombardement de Nagazaki le 09 août de la même année. Ce fait explique, peut-être, la dénomination de la rue en face du bâtiment qui porte le nom de «Hiroshima-Nagazaki Platz».

Pour en revenir au bâtiment en question, c’est une maison d’une architecture imposante, bâtie sur un domaine aussi important qui trahit le goût du luxe de l’aristocratie allemande du 18ème siècle. D’ailleurs, selon les informations disponibles, cette maison appartenait à une famille d’édition, expulsée manu-militari par les forces d’occupation soviétiques. A l’intérieur, le salon principal est orné par 3 images peintes. Il s’agit de celles de son célèbre occupant de 1945, le président Williams Truman et de deux de ses collaborateurs.

…A été prise à la conférence de Postdam

Dans l’arrière-cour se trouve un beau jardin avec une belle vue sur un lac ; l’un des milliers de cours d’eau allemands qui débouchent sur la mer baltique à quelques 140 km de là. Ce lac est fréquemment traversé par des petits bateaux mais aussi de bateaux-cargos. Ces bateaux-cargos viennent des pays voisins, notamment de la Pologne, et transportent généralement des matériaux de construction et autres produits. Sous nos yeux, trois bateaux-cargos sont passés, ce jeudi 26 avril 2018, en direction de Berlin. Le domaine abrite aujourd’hui le siège de la Fondation Friedrich Naumann.

Dans la ville de Postdam se trouve un studio de production de films. On y retrouve encore les maisons qui ont aussi servi de résidence au président Joseph Staline et au Premier ministre Wilson Churchill. Mais également des villas cossues des acteurs de cinéma. La ville qui n’a subi aucun dégât ni dommage pendant la guerre, compte à ce jour 160.000 habitants. Alors que la ville de Berlin en compte 3,7 millions. D’ailleurs, entre les deux villes, se trouve un autre point d’attraction : le célèbre Pont de Glienicker Brucke qui servait d’échange des espions entre les Américains et les Soviétiques.

Pour nous, qui avons appris l’histoire de la conférence de Postdam à l’école, se retrouver sur place en ce lieu et sentir les faits 73 ans après, l’émotion était au rendez-vous. C’est comme si nous vivions un rêve éveillé. Postdam ! C’est l’histoire de la seconde guerre mondiale compilée dans les livres qui s’ouvrait devant nous. Que la vie réserve parfois des surprises. Quelques jours plus tôt, qui, parmi les journalistes cooptés par la Fondation Friedrich Naumann et présents avec nous en ce lieu, aurait pu s’imaginer qu’il mettrait un jour ses pas dans ceux du 33ème Président Américain, Harry Truman! Sans parler du Premier ministre britannique, le célébrissime Wilson Churchill et du Russe Joseph Staline! Postdam restera certainement le souvenir le plus ‘’historique’’ mais également le plus inoubliable de notre séjour berlinois.

Alexandre Lebel Ilboudo
Envoyé spécial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze + 8 =