@LGP- L’information a été livrée par un confrère en ligne et reprise en boucle par les activistes proches du RDR : Les Etats-Unis auraient refusé le visa d’entrée sur leur territoire à Guillaume Soro.

Selon le média, les USA ont refusé le visa à l’ex-PAN car, celui-ci aurait «tenté de faire un coup d’Etat» dans un autre pays. Si cette excuse politique semble plus grotesque que probable, il est important de souligner que les raisons de refus de visa sont notifiées uniquement au demandeur. Dans le cas des visas Schengen, les motifs de refus ne sont même pas signifiés.

Cette information émanerait donc soit de Guillaume Soro qui se ferait hara-kiri en la divulguant ou d’une source américaine ce qui est, pour des raisons diplomatiques assez évidentes quasi-impossible.

Guillaume Soro qui, il y a quelques semaines seulement disposait d’un passeport diplomatique et qui avait déjà séjourné serait subitement devenu persona non grata? Difficile de croire en cette théorie.

Déjà dimanche dernier, Alain Lobognon, député de Fresco et proche de Guillaume Soro avait répondu à ces allégations. «Chers tous, en ce dimanche des rameaux, merci de noter que le président Soro dispose d’un visa d’accès délivré par les Autorités américaines», a posté le parlementaire.

En réalité, Guillaume Soro en tournée dans le nord du pays considéré comme fief du RDR dérange. Dans ces localités, l’ancien leader de la FESCI a eu le temps de toucher du doigt les difficultés des populations. Le député de Ferkéssédougou a même fait don d’une école primaire. Ces actions du prédécesseur d’Amadou Soumahoro gêne visiblement.

Il ne serait pas faux de voir dans cette affaire la volonté des anti-Soro d’étouffer ses actions dans le septentrion ivoirien. Ce ne serait assurément pas une chose surprenante.

Steven IBRAHIM