PARTAGER

Le 31è sommet de l’Union Africaine (UA) s’est ouvert ce dimanche 1er juillet 2018 à Nouakchott en Mauritanie, sous le thème : «vaincre la corruption : Une voie durable pour la transformation de l’Afrique».

Outre la thématique principale du sommet relative à la lutte contre la corruption,  ce sommet va aborder pendant les deux jours,  plusieurs questions notamment la réforme institutionnelle de l’organisation panafricaine, , portée par le président en exercice, Paul Kagame, et le président de la Commission, Moussa Faki Mahamat, qui est l’un des principaux enjeux du sommet de Nouakchott, la zone de libre échange continentale africaine, l’état de la paix et la sécurité dans le continent, l’examen des projets d’instruments juridiques, et l’adoption du budget de l’Union.

Concernant la réforme de l’UA, Un rapport sur la question a été remis aux délégations et il dresse un état des lieux sans concession de l’avancement de ces réformes. Dorénavant, il est prévu des sanctions immédiates en cas de retard de paiement. En effet, l’UA veut arriver à s’autofinancer, afin de préserver son indépendance vis-à-vis des bailleurs de fonds extérieurs, mais la mise en œuvre de cette décision se heurtait notamment au retard de paiement  des pays membres.

Ainsi, désormais «tout retard de paiement depuis plus d’un an» pourrait entrainer la suspension de la participation aux sommets et au bureau de tout organe de l’Union. Les États sanctionnés se verraient aussi privés du soutien de l’UA en vue de l’obtention de postes internationaux et ne pourraient plus  accueillir les organes, institutions ou bureaux de l’Union.

Il faut noter que le président français, Emmanuel Macron est attendu à ce sommet ce lundi 2 juillet 2018.

Yannick Kobo

jacobblague@yahoo.fr

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 − dix =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.